Catégories
Journal

Le folklore des formations chamaniques

J’ai eu la chance de croiser plusieurs chamanes lors de mes voyages, de bénéficier de leurs présences et de leurs vibrations.

Le folklore des formations chamaniques

Je reste perplexe devant cette mouvance occidentale qui consiste à proposer d’être chamane en cinq leçons, trois stages, deux tutos Youtube et une visio skype. Sérieusement, comment prétendre se former au chamanisme dans l’espoir de devenir chamane de cette façon ? On ne peut devenir chamane et encore moins s’autoproclamer chamane, cela n’existe pas ! On naît chamane.

Le chamanisme est une pratique autochtone centrée sur la médiation entre les êtres humains et l’invisible, entre l’homme et les esprits. Un chaman est reconnu comme tel par sa communauté et il est toujours le descendant d’une lignée dont le savoir se transmet de génération en génération. En Occident, la pratique du chamanisme naît d’un désir de se reconnecter à soi, pour soi. Dans les traditions autochtones, il est essentiel de se reconnecter à l’autre, pour l’autre. 

Dans le chamanisme, il y a une forme de distribution du travail : le chamane est un expert de l’invisible. Les gens reconnaissent en lui un talent supérieur à eux, ils lui délèguent un certain nombre d’opérations de la vie quotidienne, dans les relations des hommes à leur environnement. On a trois éléments dans le chamanisme : un expert (le chamane), des gens non experts reconnaissant l’expert (les profanes) et un tiers, l’invisible, les esprits. Il faut ces trois éléments pour parler de chamanisme.

Charles Stépanoff *

Alors, ne vous méprenez pas sur tous ces pseudos-guérisseurs “chamaniques” qui poussent comme des champignons, imposteurs qui vous proposent monts et merveilles en échange d’un virement paypal et de quelques embrassades d’arbres au son d’un tambour fabriqué en Chine, ce n’est pas du chamanisme mais du néo-chamanisme, dérivé New Age à la sauce numérique.

* Pour découvrir le chamanisme, je vous conseille l’écoute de l’émission « Le chamanisme, une expérience de l’invisible » sur le site de France Culture.

Laisser un commentaire