Catégories
Journal

Se vivre soi-même

En vous existe quelque chose que vous ne soupçonnez pas. Une force vibratoire si puissante qu’elle brille par son absence. Cette absence est générée par votre esprit, esclave des barrières mentales qui l’emprisonnent. Mais cette absence n’inhibe pas sa présence, bien au contraire.

Comme toutes les forces invisibles, nous pouvons sentir sa présence mais nous n’avons pas les codes pour l’accepter et l’accueillir profondément. Nous continuons à naviguer dans un brouillard épais, à la recherche de la lumière d’un phare qui nous guidera sur le chemin. Aucun phare extérieur ne vous guidera sur le bon chemin car seul celui qui vous éclaire de l’intérieur, vous mènera à la lumière de la vie.

Se vivre soi-même

Se vivre soi-même c’est accepter de recevoir cette force intérieure, la cultiver et la partager. Se vivre soi-même c’est Être soi-même pour être TOUT. 

Lorsque votre vibration intérieure se reconnecte avec votre réalité, elle devient le plus merveilleux des outils au service du miracle de la vie.

Catégories
Journal

La distance mentale

Le chemin qui conduit à l’éveil passe par la distance mentale. Très bien mais une fois que cela est dit, à quoi cela consiste et comment y parvenir ?

La distance mentale

Votre esprit est traversé par un flux continu de pensées. Cela n’arrête jamais. Vous êtes en train de lire un livre et soudain surgit une pensée : “comment vais-je faire ceci, quand vais-je faire cela ?” Cette pensée s’incruste dans votre mental et vous fait perdre le fil de votre lecture. Elle prend soudain tout l’espace et vous gangrène au point de vous pousser à abandonner votre occupation littéraire. Elle ne disparaîtra seulement lorsqu’une autre pensée intrusive la chassera et prendra ainsi sa place. Votre livre restera sur votre table pour un long moment encore. 

Vous pensez alors que c’est votre cerveau qui travaille trop, que vous avez besoin de repos, que vous perdez votre concentration. À aucun moment vous n’imaginer avoir le pouvoir de ralentir ce flux de pensées. Et pourtant vous avez ce pouvoir !

Entre deux pensées, il existe un court intervalle ou votre mental est calme, apaisé. Cette brève discontinuité entre une pensée qui s’efface et une autre qui surgit est une zone mentale dont les propriétés sont très nettement différentes, à l’opposé de l’agitation habituelle de votre esprit. 

La distance mentale consiste à étendre cette discontinuité afin de calmer votre esprit. On entend souvent le terme de vide mental, faire le vide. Je le répète ici, cela n’existe pas faire le vide. Comment pouvoir imaginer vider notre esprit ? Si nous comparons notre esprit à un disque dur, cela reviendrait à le formater complètement, le purger de toutes ses données. Même si certains souvenirs sont difficiles, si le passé peut être pesant, qui serait assez stupide pour effacer ce qu’il a mis des décennies à emmagasiner ? Effacer tout savoir et apprentissage, ne plus savoir s’exprimer, écrire, compter, etc… Laissez la nature s’en charger, elle sait le faire avec talent en supprimant peu à peu vos cellules vieillissantes. Non, faire le vide n’existe pas. 

En revanche, si vous pouvez étendre l’interstice qui sépare deux pensées, vous réduirez automatiquement l’activité de votre mental. C’est une évidence. 

Les moyens disponibles pour effectuer ce travail mental sont multiples et variés. La méditation est une option puissante parmi d’autres. Elle est préconisée par une multitude de cultures, de philosophies, de cultes et de religions. C’est un moyen reconnu pour transformer son esprit et le plonger dans la plénitude. 

Quel que soit la pratique, c’est un travail de longue haleine qui requiert de la sincérité et de la persévérance, un travail qui demande un désir profond de changement.

Le chemin qui mène à l’éveil est un long chemin mais, à force de pratique, vous commencerez à pénétrer profondément dans cet état de distance mentale et que vous entrapercevrez  la conscience pure, votre vie changera positivement et cela, au-delà de toutes vos attentes.

Catégories
Podcast

L’absence est une présence – Podcast 3

L’absence est une présence - Podcast 3

Bonjour à tous,

Pour cette troisième émission, nous allons nous concentrer sur l’absence. Qu’est-ce que l’absence ?

L’absence est un manque de présence. Ce manque de présence peut être passager ou définitif. 

Nous avons tendance à décrire un moment d’inattention ou la perte momentanée de la mémoire comme une absence. En psychiatrie, l’absence est l’interruption passagère de la conscience, une sorte de moment flottant où nous n’avons pas conscience de notre environnement, de notre corps, des gens qui nous entourent, de l’instant présent… Bref, nous sommes inconscients, un instant.

La perte d’un être chère est également une absence. Cette absence crée un vide dans notre vie, un manque qui provoque une multitude de sentiments et d’émotions. Nous parlons alors d’une disparition. Mais l’absence ne peut se résumer à la fin de quelque chose, à un état qui serait proche du vide. L’absence de quelque chose ou de quelqu’un ne veut pas dire que cette chose n’existe pas, que cet individu n’existe plus. 

Quand vous perdez un objet, son absence vous obsède et vous le cherchez inlassablement. Quand une personne décède, la tristesse vous submerge et son absence vous envahit.

Que devient alors l’absence si elle est tant présente ? 

L’absence ramène à la notion de possession. Ce que nous possédons ne peut nous manquer. Ce que nous pouvons voir régulièrement ne peut nous manquer. Ceux à qui nous pouvons rendre visite quand bon nous semble ne peuvent nous manquer. Cela n’est pas source de souffrance puisque nous pouvons y remédier.

Mais du moment où nous ne pouvons pas y accéder, l’absence envahit alors toutes nos pensées.

De ce fait, n’attendez pas que quelque chose ou quelqu’un vous envahisse par son absence, car Il n’y a rien de plus présent que l’absence.

Merci et à bientôt

Catégories
Journal

Chrysalide

Chez les insectes, la chrysalide est un symbole puissant de transition. Elle est le stade de développement intermédiaire d’un individu, l’état entre la larve et le stade imaginal. C’est une réelle métamorphose qui se déroule en plusieurs phases jusqu’à la transformation et l’envol.

Chrysalide

Nous pouvons nous inspirer de ce processus pour notre propre transformation. Nous sommes pareils à une chrysalide – physiquement bien sûr, mais également intérieurement. 

Le processus physique de la vie est ainsi. Nous naissons, grandissons, évoluons puis mourrons. En procédant par étapes successives, irrémédiablement, nous avançons ainsi d’un état à l’autre jusqu’à la mort.

Tout comme nous avons la possibilité de transformer notre corps, nous avons également le pouvoir d’effectuer cette métamorphose à l’intérieur.

La recherche d’intériorité et la connaissance de soi peu suivre ce même chemin, jusqu’à la transcendance et la sagesse, jusqu’à l’éveil.

Catégories
Vidéo

Le Guide

Quand on s’engage sur un chemin spirituel, on entend souvent parler de guide. J’ai rencontré plusieurs personnes dans ma vie que je pourrais qualifier de guide. Des érudits qui connaissaient beaucoup de choses sur des sujets comme la spiritualité ou le chamanisme. Ces personnes m’ont beaucoup inspiré. Mais laissez-moi vous raconter une histoire qu’il m’est arrivé lors de mon séjour en Inde.

Catégories
Podcast

Les barrières mentales – Podcast 2

Bienvenue à tous.

Aujourd’hui, nous allons approfondir un sujet dont j’ai abordé les grandes lignes lors de notre précédente émission : les barrières mentales.   

Les barrières mentales sont un ensemble de critères qui agissent comme des obstacles puissants entre ce que nous sommes réellement au fond de nous, et l’image mentale que nous pensons être la réalité. 

Depuis la naissance, des critères comme l’éducation, la famille, l’environnement ou encore la société, construisent des barrières mentales qui s’enracinent profondément en nous et nous coupent de la substance essentielle de la vie. Ces barrières nous voilent l’esprit et nous entraînent sur le mauvais chemin, nous éloignent de notre voie intérieure et finissent par nous ronger, comme le vers ronge le fruit. 

Prenons pour exemple l’éducation.

Le système scolaire nous enseigne les bases pour évoluer dans la société. À l’école, nous apprenons à lire et à écrire, nous apprenons à compter. On nous enseigne l’histoire et la géographie, les sciences… Ainsi que toutes sortes de choses qui nous serons plus ou moins utiles dans la vie, selon notre parcours. C’est une chance formidable d’apprendre, n’est-ce pas ?  Nous ne pouvons le nier. Beaucoup d’enfants sur cette terre n’ont malheureusement pas accès à l’enseignement. Toute leur vie, ils vont pâtir de cette absence et des lacunes qu’elle engendre. Au quotidien, beaucoup de problèmes seront liés à leur manque d’éducation et ainsi engendrer des émotions négatives, des sentiments d’infériorité et des problèmes sociaux.

L’enseignement est primordial, c’est une évidence. L’objectif premier de cet enseignement est de nous faire obtenir, en fin de cycle, un travail qui puisse subvenir à nos besoins et qui favorise notre intégration au sein d’un système bien défini, avec ses codes et ses règles. Cela va nous permettre de trouver une place dans la société. Très bien. Nous sommes tous plus ou moins passé par ce chemin, n’est-ce pas ? Alors, la question principale qu’il faut se poser est la suivante : quelle place allons-nous trouver et à quel point celle-ci est en phase avec ce que nous sommes réellement.

Bien sûr, bien que l’enseignement ne soit pas condamnable en soi et que, loin de moi l’intention de renier l’ensemble du système éducatif, il n’en reste malheureusement pas moins que, le principal problème avec ce système d’éducation, est qu’il ne nous permet pas de développer notre véritable essence intérieure, notre nature profonde… Mais après tout, est-ce son rôle ?

Bien sur que non ! Son rôle est de nous faire entrer dans un format bien précis. Un cadre qui n’est pas adapté au développement du soi profond et par conséquent, qui nous sépare irrémédiablement de nous-même ! 

Même si les bénéfices sont indéniables, l’éducation nous façonne et nous uniformise. C’est un système basé sur la compétition qui n’a qu’un seul but, faire de nous ce que le système souhaite que nous devenions et non mettre en valeur ce que nous sommes vraiment. Alors, peu à peu, nous fabriquons une image mentale de nous, de qui nous sommes, basée sur ce que le système et les autres veulent que nous soyons. Nous nous habituons au mensonge. Pas au mensonge qui consiste à tromper les autres, mais celui qui nous pousse à nous mentir à nous-même. Puis on avance, étape par étape, mensonge après mensonge, pour finir par se consumer à force de n’être qu’un autre et de ne pas être simplement soi. 

L’individualisme est un mensonge. Le culte de la personnalité est un leurre. À quoi bon être le meilleur si on n’est pas soi. 

Ceci est très important. Il ne faut surtout pas confondre notre personnalité qui est le fruit de beaucoup de choses, beaucoup d’accumulations dont les barrières mentales, et notre nature qui elle, est ce que nous sommes profondément. Ce que vous croyez être n’est souvent qu’une excuse, un mensonge que vous vous faites à vous-même et aux autres. Tous les jours vous ne cessez de répéter à qui veut l’entendre :  « je suis comme ceci, je suis comme cela ! » et vous allez y greffer toutes sortes d’argument pour essayer de vous convaincre que c’est la vérité, votre vérité… Ainsi vous pourrez justifier vos actes. En affirmant : « Je suis ainsi et je ne peux pas le changer ! »,  vous vous mentez à vous-même, tout simplement. Ce qui finira par vous nuire et vous plongez dans une grande tourmente. 

Tout le monde connaît cette citation de Destouches  : « chassez le naturel et il revient au galop. » On ne peut donc pas dissimuler sa véritable nature car elle revient toujours à la surface. Même si cette citation concerne le concept du caractère, elle pousse à réfléchir. Vous pourrez occulter votre vrai nature, elle finira toujours par vous hanter. 

Beaucoup d’exemples sont disponibles. Nombre de gens que nous côtoyons sont dans une bonne situation générale. Néanmoins, elle ne sont pas heureuses, elles déprimes, elles sont perdues. Elles cherchent une alternative, veulent plus de choses et se détruisent pour les obtenir. Elles nous disent que ce n’est pas la vie qu’elles ont souhaitée. Qu’elle ne trouve plus leur place et qu’elle s’enfonce peu à peu… Beaucoup de belles réussites sociales et matérielles se sont retrouvées anéanties, car ces personnes souffraient profondément du décalage entre l’image qu’elles offraient et leur nature profonde. Nombre de gens se sont également perdus dans toutes sortes de croyances, de dérives sectaires et autres cultes imaginaires. Cherchant des réponses à leurs errances, elles ont trouvé réconfort dans des chimères… Dans toutes sortes de paradis artificiels…

Si vous voulez réellement vous libérer de cette spirale négative et de vos névroses, redevenir ce que vous êtes vraiment et ressentir la force de la vibration universelle, alors n’essayez pas de vous construire une nouvelle identité plus agréable ou d’emprunter des chemins de traverse qui ressembleront plus à des fuites en avant, mais réfléchissez plutôt aux causes qui vous emprisonnent… Les barrières mentales sont la cause première de votre souffrance,  elles vous empêchent d’être aligné, d’être en phase avec vous-même. 

Merci de votre présence

Prenez soins de vous 

et à très bientôt.

Catégories
Journal

Racines

Organes souterrains ancrés à la terre pour y puiser l’eau de la vie, les racines sont un des éléments essentiels au développement de l’arbre. Elles sont le socle de ce frère souvent centenaire et symbole de majesté et d’humilité, sacré dans de nombreuses traditions. Tout comme l’homme, sa puissance et sa fragilité nous interpellent et son destin est soudé au notre… comme un reflet. Au-delà du rôle incontournable qu’il joue sur notre planète, l’arbre est le gardien et la mémoire de nôtre Mère la Terre.

Racines

Couper un arbre n’est pas un acte anodin ! L’exploitation outrancière de notre environnement est semblable à une croix qu’il nous faut porter tous les jours. Une croix qui se transforme inexorablement en épée de Damoclès tant la folie destructrice s’est emparé de notre civilisation.

Il est donc nécessaire et urgent d’entreprendre un retour au Monde en se reconnectant aux forces de la vie afin de développer une relation réciproque avec notre Terre et les énergies qui nous entourent.

Prenez le temps d’observer les arbres, respectez-les et puisez auprès d’eux l’extraordinaire sagesse qu’ils nous offrent.

Ecouter la forêt qui pousse plutôt que l’arbre qui tombe – Friedrich Hegel