L’éveil et le sommeil

Au coeur de la bataille
une offensive stratégique
armés de précieux confettis
ils tourbillonnent en silence

L’odeur toxique de soufre et de gaz
mélangée au poivre et aux guenilles
enveloppe les lutteurs de la nuit
le long des champs immobiles

Une procession de tambours
entre les étoiles et la demi-lune
d’où s’échappe des bombardements lents
comme des roches qui s’écrasent sur les pèlerins

L’éveil et le sommeil s’enlisent
pour que s’ouvre un espace extrême
ou s’engouffre une procession morbide
de prêtres enduits de cendre

Les restes se multiplient
les ombres se bousculent à l’entrée
d’un pavillon invisible
et doré

Le narcisse percera les décombres au printemps


Accueil