Le Sphinx

Voici le Sphinx qui s'étale sur l'oreiller
Cherche à détruire mon imagination, mes souvenirs
Je n'arrive pas à le chasser - il est le ver et le fruit

Ong Namo Guru Dev Namo
Ong Namo Guru Dev Namo
Ong Namo Guru Dev Namo
Ong Namo Guru Dev Namo

Encore et encore - ce refrain sans fin - une prière d’Orient - d’Asie certainement
Yoga kuṇḍalinī - d’Asie certainement - bien sûr
Les lunettes d’écailles sur ton crâne lisse

Je m'incline face à l'énergie première et créatrice
Je m'incline face à la sagesse subtile et divine
Je m’incline devant ma plus haute conscience

Le canapé confortable t’accueille et les asticots grignotent la couverture tibétaine en laine de yack que je t’ai offerte - trouvez les choses que vous aimez et offrez-les - au pied de l'Himalaya - de la glace et du soufre

J’ai quitté mon corps sur Columbus Avenue - au premier étage des Lumières de la ville

Je marche dans les rues de SF et croise ton ombre, petit personnage, vendeur de hurlements et mes chaussures, mes chaussures sans semelles. La rivière au milieu du bitume. Je marche sur la plaque de Jack. Les chaussures qui meurent. La misère si belle, si pure, si vraie. La richesse du poète. Le guru, le sage et le fou. Tu n'es pas seulement un personnage pittoresque, tu es l’univers, le cosmos, les planètes, l’espace, l’unicité. Microcosme et macrocosme. Tout est poésie.

L'univers est amour et pauvreté. Animaux perdus au fond d’un bar, singes et vaches, quelques marins sans rivages.

Le battement.


Accueil