21 avril 2022

Je suis un marchand ambulant - artiste fût un temps, un imposteur céleste, un arracheur de dents, un charlatan.

Je ne suis rien, invisible parmi les invisibles, en coulisses du spectacle, j’accompagne mon esprit dans sa quête mystique. De ville en ville, de siècle en siècle, passé, présent et futur se mélangent, sur la route désertique, je cherche l’illumination - sûrement la rédemption.

Eviter la faillite artistique et se préserver de l'odeur putride de la contrefaçon. Mettre fin à sa pratique de l'art est un geste manifeste pour un artiste, car seule la mort est vertueuse. L'effacement est bien plus sobre, terriblement romantique et moins douloureux.

Il y a bien plus de présence dans l'absence
et de beauté dans l'achèvement.

J'écris maintenant...

- Bruno Leyval

brunoleyval.fr Twitter